Make your own free website on Tripod.com

LE JOURNAL DU PAYS

 le monde

jplogo

La page des lecteurs

Par GENEVIÈVE MENDY

JP: Numéro 54 de septembre 2001

Retour

casalight

{short description of image}Nous attendons la réaction de nos lecteurs pour continuer d'éditer cette page qui vous est entièrement consacrée. A vos plumes!!!!{short description of image} casaline

Le Journal du Pays rencontre le Commandant Atoute

JP est rentré jusqu'au Haut Commandement du maquis. Le Commandant Atoute César Badiate, actuel chef du Maquis nous a fait visiter ses hommes et les zones contrôlées par ses troupes. "Nous avons comme mission de nettoyer le maquis de sa saleté. Nous ne permettrons aucun Casamançais de verser le sang casamançais. J'ai fait un appel à l'intention de tous les frères combattants de nous rejoindre. Une bonne partie de combattants ont regagné mes troupes. Dans quelques semaines il sera trop tard. En termes clairs et militaires, nous partirons en offensive sur le terrain. Nous restons déterminés de faire valoir l'autorité de l'abbé Diamacoune partout dans le maquis casamancais". Pour ceux qui connaissent le nouveau chef du maquis savent que ses mots ne sont pas des paroles en l'air. De Babonda, Santhiaba Mandiack, Mandina Mancagne, en passant deux fois à Bissau, sa stratégie militaire et ses commandos sont redoutés par les forces d'occupation sénégalaises.

Réponse du Journal du Pays.

Il avait était élu par je ne sais quel artifice politique du MFDC le 7 novembre 1999 à Banjul en Gambie comme Secrétaire à l’Economie et Porte-Parole, Alexandre Djiba est relevé de ses fonctions pour « actes avérés de carence et d'insubordination » par le Sécrétaire Général du MFDC Abbé Augustin Diamacoune Senghor.

Tandis que se multiplient les révélations sur les vraies intentions du locataire de près de deux années du luxueux Atlantic Hotel de Banjul, Alexandre Djiba parie sur la tête de l’Abbé Diamacoune. Les incidents protocolaires avec Diamacoune de décembre 2000 à Ziguinchor, le voyage en Guinée Bissau sont révélatrices des manières tortueuses qui accruent la méfiance des Casamançais. Il dira alors à qui veut l’entendre qu’il s’écartait des affaires en déclarant :

« je me mets en congé du mouvement » . Mais c’est trompeur, l’homme est capable de volte-face spectaculaire. Il aurait pu garder le silence et faire retour sur lui-même, voire amorcer quelques autocritiques. Mais, avide de pouvoir, ses vraies intentions s’affichent lors de ses rencontres avec les réfugiés en Gambie : Il faut pour lui destituer Abbé Diamacoune et prendre la tête du mouvement et se souscrire dans la logique de l’autonomie de la Casamance. Jouant au petit malin, parrainé par la « gambian connection » dont certains membres vivent à Dakar au Sénégal , ce fut donc la préparation des assises de Banjul de juillet 2001 aussi imprécises dans le fond et la forme que truffées de pièges. La suite nous la connaissons tous.

Le Bureau issu de Banjul est largement contesté en Casamance et à l’étranger mais aussi au niveau du maquis. Le plan et le mythe« Djiba » tombent à l’eau. Plus personne ne le croit.

Désavoué massivement, en mal avec ceux qui lui donnent mission et redevance, Alexandre s’attaque à balles perdues à tous ceux qui pour lui sont tributaires de ses échecs. Il préfère aujourd’hui l’agression à l’échec pour commettre ce qui s’apparente à un crime politique. Son autodéfense se place alors sous le signe de la mauvaise foi.

Il accuse : votre directrice de journal "Bintou Diallo" qui n'a jamais participé à aucune de nos assises mais peut taxer notre réunion de Bureau National élargi de mascarade politique?

  1. Il accuse : votre directrice de journal "Bintou Diallo" qui n'a jamais participé à aucune de nos assises mais peut taxer notre réunion de Bureau National élargi de mascarade politique?

Nous répondons : Bintou Diallo n’est pas un membre du MFDC et n’a rien à voir dans les assises du mfdc à Banjul. Pourtant il devrait le savoir puisqu’il a bien travaillé pour notre journal sous le pseudonyme de Chipenda. Lors de ces assisses, les femmes militantes, les réfugiés militantes de Gambie et de Guinée-Bissau, les maquisards de l’Est et de Kassolol,

les représentants de la Côte d’Ivoire, de l’Italie, du Portugal, des Etats-Unis, de la Belgique ne se sont pas rendus à Banjul parce que pas invités parce que soutenant corps et âme Abbé Augustin Diamacoune Senghor.

2. Il accuse : Quand à votre rédacteur en Chef, M. Emile Tendeng, je ne saurais mieux l'aviser que Ousmane Tamba est peu informé de la réalité du terrain qu'il ne le laisse croire.

Réponse: Nous n’avons pas besoin d’Ousmane Tamba pour faire notre travail. Nous avons nos sources sur le terrain qui partagent le quotidien des Casamançais et non vautrées en pacha dans un hôtel à Banjul. Vous le savez.

  1. Avec la même désinvolture il attaque  Abbé Diamacoune, Mamadou Nkrumah Sané et Ousmane Tamba.

Réponse : Vos tentatives de décrédibiliser Abbé Diamacoune et les leaders du mfdc à l’étranger prouvent clairement votre incapacité de rassembleur.

Constat de moralité: Oui, nous comprenons et admettons tous avec nos lecteurs qu’il est plus facile de pousser plus loin l’irresponsabilité politique quand on est bien servi dans un hôtel.

Casamançaisement

BINTOU DIALLO, Directrice du Journal du Pays.

 

 

Déguster plutôt vos langoustes !

Continuez à déguster vos langoustes servis sur des assiettes d’orées et laisser Diamacoune, Sané et Tamba en paix. Préservez leurs le temps de vous répondre pour mieux se consacrer à la Casamance. Ils ont passé chacun plus de cinq années dans les prisons sénégalaises pour défendre la Casamance. C’est ceux-là mêmes qui ont perpétué la lutte depuis 1982. Vous êtes arrivé au MFDC bien plus tard, n’est-ce pas ? Où êtiez-vous ?

Diamacoune reste sous surveillance permanente, il demande la permission pour descendre au bas étage ou pour voyager. Vous dites vous-même que son téléphone est sous écoute !! est-il donc libre ? L’arrogance, la malice, le goût du pouvoir, le besoin de popularité, l’insolence, la médiocrité sont révélateurs dans votre réponse à JP. Épargner nous de vos bêtises. La Casamance n’a pas besoin de cela. Le Sénégal est notre ennemi, pourquoi donc ne pas s’attaquer au Sénégal ? il y a t’il anguille sous roche ? Golden Boy ! ! !

ANTOINE MENDY -Italie

Qui est Alexandre Djiba ?

Je suis né à Koussy près de Sédhiou en 1951. Je suis membre du MFDC depuis 1984.

J’ai fais deux ans de prisons avant de rejoindre le maquis. Malade , je sors du maquis et me retrouve à Mulhouse en France. Je milite toujours au MFDC. Je connais tous les grands chefs du MFDC que j’ai côtoyé de temps en temps.

Qui est Alexandre Djiba ? d’où vient il ? quand et comment est-il rentré au MFDC ?

Je ne vous connaît pas ? Pouvez vous nous décrire votre carrière politique et nous citer vos références ? J’aimerai bien vous connaître avant de vous répondre.

AROUNA GOUDIABY dit BAKUS- France

Courage JP

Je suis hanté par cet acte irréfléchi, commis par une personne qui a toujours vécu hors de la Casamance et hors du MFDC. Qui ignore la souffrance. Qui pense qu’à lui et à ses idées. Puis-je sincèrement avoir confiance à des gens tellement insensibles qu’ils écartent tous ses compatriotes ? Je ne le pense pas. Je me soucie du désarroi de tous mes frères et sœurs qui liront ces lignes d’Alexandre Djiba. Une tempête qui fera du mal. Que JP soit pour nous le grand arbre à palabre sous lequel on lave le linge sale en famille et que ses sages conseils soient notre nourriture quotidienne. Courage à toute l’équipe.

ADAMA BADJI - Maroc

MISE AU POINT DU PORTE PAROLE DE LA SECTION DE SUISSE DU MFDC

  1. La Section de Suisse du MFDC ne reconnaît pas le Bureau du MFDC issu des assises de Banjul du 6 au 10 juillet 2001. Donc ne reconnaît pas Alexandre Djiba comme porte-parole du MFDC.
  2. La Section rappelle que Ousmane Tamba s’est déplacé à Banjul avec accord de la Section en sa qualité de Second Secrétaire Général Adjoint du MFDC et Secrétaire Général de la Section de Suisse. Et toute attaque malveillante contre sa personne demeure une atteinte aux intérêts de la section mais aussi du MFDC tout entier.
  3. La position de la Section de Suisse est claire et sans équivoque. Elle soutient entièrement et totalement où que ce soit nécessaire, comme toujours, Abbé Augustin Diamacoune Senghor. La Section est donc pleinement satisfaite de la position et du comportement d’Ousmane Tamba à Banjul quant à la défense de l’Abbé Diamacoune.
  4. La Section de Suisse dément catégoriquement les accusations mensongères d’Alexandre Djiba contre Abbé Augustin Diamacoune Senghor, Mamadou Nkrumah Sané et Ousmane Tamba.
  5. La Section de Suisse déclare et soutien solennellement que : Abbé Diamacoune Senghor est toujours en prison.
  6. La Section de Suisse déclare qu’il appartient seul au maquis donc aux forces combattantes Attika, le moment venu, de déterminer qui a fait quoi et pourquoi à leurs égards.
  7. La Section de Suisse milite pour l’Indépendance Totale et Nationale de la Casamance.

La lutte continue.

Vive la Casamance Libre et Indépendante.

ABDOURAHMANE DIATTA Porte-Parole de la Section de Suisse du MFDC.

 

 


Droit de réponse d'Alexandre Djiba porte-parole du mfdc (Banjul 04.09.2001

Au Journal du Pays: Il est des préceptes auxquels la vie de tous les jours ne peut échapper.Il s'agit de l'éthique.Depuis que j'ai cessé d'écrire pour JP,la question du respect d'une certaine éthique semble s'être éloigné de votre journal. En effet,après des difficultés de parution,dès le lendemain du congrès des 20 au 25 juin 1999, à chacune de vos publications vous livrez ma personne et les rencontres du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance à la diffamation. Je m'interroge toutefois sur le degré du quotient intellectuel qu'aurait, par exemple, votre directrice de journal "Bintou Diallo" qui n'a jamais participé à aucune de nos assises mais peut taxer notre réunion de Bureau National élargi de mascarade politique? Laissez-moi vous dire que lorsque vous évoquez des attaques personnelles contre l'ex-Secrétaire Général, l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor, c'est ou du mépris ou de l'ignorance. C'est Ousmane Tamba de votre équipe qui a levé le lièvre en s'attaquant à ma personne. Comment est-il possible de s'étonner de la couleur de l'animal qu'il a choisi de lever? Pour la vérité,ce sont l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor et Sidy Badji qui étaient admis en audience auprès de Son Excellence M. Le Président de la République de Gambie et eux seuls avaient unilatéralement désigné les personnes devant les accompagner.Je regrète pour Ousmane Tamba de n'avoir pas été intéressé. Si vous pouvez faire croire que l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor est en prison,alors ce serait une prison dorée d'où il sort pour rencontrer des militants comme pour se rendre hors de la Casamance chaque fois que de besoin. Quand à votre rédacteur en Chef, M. Emile Tendeng, je ne saurais mieux l'aviser que Ousmane Tamba est peu informé de la réalité du terrain qu'il ne le laisse croire.Sa plus grande joie est d'être auprès de son idole "Abbé" pour parler comme lui. Pour lui, la lutte du Peuple Casamançais commence et se termine à "Abbé".C'est par dépit qu'il évoque une démission.Mais il n'emportera pas la Casamance quand aux choix de sa lutte. La liste du Bureau National élargi était signée Abbé Augustin Diamacoune Senghor Secrétaire Général du MFDC. Est-il possible de s'imaginer que l'Abbé aurait pu envoyer à cette réunion, que des gens qui lui étaient défavorables, pour permettre à Ousmane Tamba de considérer que le terrain polititique était d'avance minée? Votre meilleur contact avec l'Abbé Diamacoune étant le Téléphone,laissez-moi vous dire que ces lignes sont sur écoute. Hier Ousmane Tamba annonce une banque pour le développement de la Casamance, aujourd'hui une radio digitale sur internet et demain? Je ne saurais mieux conseiller à tous, en particulier ceux que vous nommez hauts responsables aux Etats-Unis, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre et je ne sais où encore de préparer leurs valises pour venir confronter leurs idées à la dure réalité de terrain, au prochain tour de table où qu'il se tiendrait et il n'est point besoin d'une invitation personnelle. En attendant, retenez que l'argent dont on croit comprendre par Ousmane Tamba que Mamadou Sané alias Nkrumah et d'autres enverraient en Casamance pour les besoins de la lutte, n'a servi qu'à alimenter un réseau de clientélisme et de délateurs et il est clair que cet argent à ce jour n'a pas atteint le maquis. Concernant votre alias Fanbondy, il y a trop d'omissions dans sa chronologie de la rencontre du 06 au 10 aout 2001 pour que je doive m'y intéresser.Cependant, il a au moins eu le mérite de reconnaitre les changements intervenus au MFDC. J'en appelle au bon sens de chacun, individuellement et collectivement à cesser les querelles de personnes comme les procès d'intention pour nous mettre à l'évidence que seule triomphera la discipline de groupe que nous devons désormais appliquer dans toute sa rigueur. Vive la Casamance! Alexandre Djiba

casaline


ORIENTATIONS NOUVELLES

Si je tiens à aborder ce sujet c'est parce que le gouvernement sénégalais a toujours traité, ce qu'il nomme le problème casamançais comme une question sécuritaire. En conséquence,les indépendantistes nationalistes sont présentés et considérés comme des "bandits", des rebelles...Ainsi la forme de traitement correspond à un vocabulaire de pouvoir de domination. Donc c'est fondamentalement d'abord au plan symbolique, que le Sénégal tue et réprime de diverses façons les Casamançais. Autrement dit, tout se joue sur et par le discours. Au lieu de parler de la question casamançaise, ce discours évoque une affaire nationale interne au Sénégal. Je traite ce sujet car certains Casamançais aussi ont trop réduit la lutte à la guerre. Celle-ci est certes nécessaire, puisqu'il s'agit de libérer un peuple opprimé par un dispositif de force militaire politique et culturelle, mais elle ne doit pas être la seule dimension du nationalisme casamançais .Toutefois, il y a des raisons au fait que l'aspect militaire domine; je les comprends, je ne vais pas m'y étendre. En revanche, je vais dire ce que j'entends par dimension politique, c'est à dire en quoi est il nécessaire de réorganiser la lutte politique. Au préalable, dans mon analyse je dois prendre en compte le fait que le nationalisme casamançais est encore sous la pesanteur de la clandestinité, une condition parmi tant d'autres défavorable à son affirmation. De fait, c'est la machine d'oppression du Sénégal qui crée cette difficulté. C'est normal dans une lutte nationaliste. Malgré tout, un discours et une organisation politique doivent et peuvent être élaborés. Tout doit commencer à mon sens par les mot, c'est à dire le discours qui sera formulé de façon cohérente par le MFDC à l'intérieur comme à l'extérieur du territoire. Schématiquement, nous devons subtituer aux expressions comme problème casamançais, la question casamançaise à l'image de la question algérienne par exemple lors de la révolution de ce pays en 1954; rebelles, les nationalistes et combattants; région, nation et territoire;p aix,libération, émancipation, autodétermination. Ces substitutions de paradigmes doivent être inscrites et structurées tout un réseau discursif qui aura pour enjeu, la construction d'une idéologie au moyen d'un système de communication adapté aux conditions de lutte de libération consistant essentiellement en la clandestinité; Il appartiendra à ce discours de définir de facon permanente les idéaux en termes économiques, politiques et culturels de la lutte de libération Dans l'optique d'internatinaliser la lutte de libération, les représentations extérieures du MFDC doivent nouer des contacts de façon régulière et avec un discours convaincant avec les milieux d'affaires, les hommes politiques europèens, les organisations non gouvernementales notamment émergeantes, les écologistes europèens , mais aussi et naturellement, l'intelligentsia casamançaise éparpillée dans le monde Car, bien des étudiants pensent que les représentants du MFDC les ignorent et les trouvent arrogants et prétentieux , ce qui n'est pas toujours vrai ; au contraire ils souhaiteraient que le MFDC leur fasse une place sans esprit de paternalisme, afin qu'ils jouent leur rôle dans le processus de libération de leurs pays, la Casamance. La diplomatie sera ainsi un aspect important de la lutte Sur le territoire national, le MFDC, sans renoncer à la lutte armée, doit créer les conditions de ce discours politique de sorte qu'il ne soit pas récupéré par les instances médiatiques , politiques et juridiques du Sénégal Est ce à dire que le MFDC doit négocier sa reconnaissance par le Sénégal? Non, il s'impose dèjà, il est incontournable, il est sans conteste une donnée politique Il s'agit plutôt d'organiser des rassemblements populaires politiques avec la protection de ATIKA, bien que le SG soit soumis à résidence surveillée. Il s'agit d'oeuvrer en amont, à la création d'un média propre au MFDC, et de concevoir une stratégie de communication qui contourne la surveillance Il s'agit aussi d'informer par écrit les notables religieux et traditionnels de notre pays des grandes orientations du mouvement nationaliste Ainsi un contre discours verra le jour et il doit avoir la forme de projet de société et reposer sur un système de valeurs :la nation, l'indépendance, le développement endogène dont le modèle a été incarné par ALIINSITOE DIATTA jusqu'en 1960,la liberté et la dignité. Je compte consacrer une réflexion sur cette figure du nationalisme casamançais, dans une prochaine correspondance. Voila très brièvement la réflexion que je me proposais de vous adresser.Elle pourrais être approfondie dans nos prochaines correspondances. Vive JP, Vive la Casamance. APAKENA-FRANCE

Le Sénégal perd son cheval de Troie

J'ai apprécié Diamacoune. Ce renouvellement est donc une victoire . Son ampleur pose plusieurs problèmes au Sénégal qui a perdu son " cheval de Troie".
1) L'opinion internationale est persuadée que le peuple casamançais en grande majorité soutient le nouveau bureau du mfdc.
2) Le groupe de Sidy Badji, allié du Sénégal, ce n'est un secret pour personne, a toujours pensé avoir reçu légitimité d'utiliser la violence à outrance et de "mater" leur propres pères et mères qu'il a poussé en exil en Gambie voisine. Ceci dit, il y est bien clair que ce groupe tentera de faire beaucoup de drames avant de faire la paix, puisque pour ces extremistes, l'argent du Sénégal vaut mieux que la vie paisible des Casamançais.
Après la nomination d'une nouveau groupe dirigeant du mfdc, beaucoup pensent qu'il y aura la guerre de toute façon, alors si guerre il y a, autant élire un guerrier du maquis. Si le choix de l'Abbé se porte sur des dirigeants à l'extérieur, c'est qu'il pousse le Sénégal de négocier avec des hommes libres qui restent au dessus des contraintes financières. Aussi pense t'il pour la Casamance, tout légitime qu'il soit, n'avait pas à revenir à la violence en disant : "Vous ne voulez plus du sang, rejeter donc une dose de Diakaay". Tout un tas de bonnes raisons, mais des raisons tout de même pertinentes.
casatOdile Diédhiou (Bonn. Allemagne)
casaline

La Casamance soutient Diamacoune et son équipe

Le principe sénégalais en Casamance est de mener la vie dure aux populations c'est à dire à les rendre indépendantes de Dakar par la force des armes. Pour ce fait le MFDC se doit de répliquer par des moyens politiques sûrs, partant par des hommes à la hauteur. La nomination de Nkrumah Sané est donc là pour faire échec à toute escalade meurtrière. C'est d'ailleurs prouvé dans le passé que si le Sénégal fait la guerre en envoyant 80% de ses troupes entre Ziguinchor et Kolda, les Casamançais seront là pour soutenir Diamacoune et sa nouvelle équipe.
casatBalabass Diallo2 (Kolda- Casamance)
casaline

Abdoulaye Wade doit dépasser le mode de pensée kaki

Fabio Bass. Sur le plan de la symbolique, un homme comme Abdoulaye Wade, Ancien résident de la prison central de Reubeuss, défenseur des droits de l'homme, a le mérite de diriger un Sénégal dévastateur en Casamance depuis 40 ans. De l'assassinat de Sarani Manga et de milliers de concitoyens de faits de guerre absurde doit cesser. Cela suffit. Aider à la paix, c'est être à l'écoute du leader du MFDC et encourager ce dernier pour la mise en place d'une stratégie de dialogue ou de négociations. Or Diamacoune a tout le temps prêcher la paix et a eu le courage de mettre fin au règne des faucons. Il appartient à Wade donc d'en être conscient en dépassant le mode de pensée " kaki " .
casatFabio Bass (Boudody Ziguinchor)
casaline

Le Sénégal payera le prix de la guerre

Je pense que la décision de Diamacoune est une "bonne" chose dans le contexte actuel. Malgré sa bonne volonté, n'a pas su arriver à avec l'ancienne équipe à un accord. Pire, ses hommes qui l'entouraient avaient les mains tâchées de sang doublé de corruption aggravée. Comment peut donc laisser des incapables nous diriger vers la paix ? Depuis Banjul, la majorité des Casamançais a perçu comme des actes de faiblesse les nominations d'Alexandre Djiba, d'Abdoulaye Diédhiou que l'on savait possesseur de chéquier caché de la Primature du Sénégal. Au fur et à mesure que le temps passait, durci les positions pour abandonner le dialogue pour la lutte armée s'estimant trahi par ces " collaborateurs " Les Sénégalais pensent (ils se trompent) pouvoir obtenir plus par la violence que par la négociation. L'avènement du nouveau bureau national du mfdc, que je porte dans mon cœur, aura le mérite de montrer aux Sénégalais que concession n'égale pas faiblesse et que la Casamance dispose encore d'une force de dissuasion. Les temps à venir ne sont certainement pas roses, ni pour les Casamançais ni pour les Sénégalais. La responsabilité en revient à Abdoulaye Wade, et son leadership, qui non seulement a refusé net les propositions de Diamacoune, mais n'a en plus proposé aucune autre solution. Le Sénégal voulait la guerre, il l'aura et en payera le prix... malheureusement pour nous tous.
casatThéodore Mendy ( Bignona Casamance)
casaline

Lucidité et Clairvoyance de Diamacoune

Finalement, les incapables du mfdc n'ont tenus qu'une année et personne ne sait ce qu'ils ont fait réellement lors de leur mandat. Le savent-ils eux même? L'Histoire vient de nous ramener dans la voie de la paix avec des hommes forts et surtout incorruptibles. Bravo à Diamacoune de garder la lucidité et la claircoyance qu'on lui connaît. Fumunguneuf: Je suis tout à fait d'accord avec Diamacoune. Le mouvement est lancé depuis 1947 et ne s'arrêtera que lorsque les Casamançais auront "gagné". Je ne peux décemment pas appeler les Casamançais à renforcer l'a lutte armée, il y a des limites à la schizophrénie, mais je crois que la logique devrait être: on discute avec le Sénégal et on ne désarme pas. Je comprends bien la souffrance des frères. Prenons le cas du commandant Guèye, jeune caïd des services de renseignements des forces d'occupation sénégalaise, a rassemblé ses troupes près de l'aéroport de Ziguinchor, à l'EATA où on leur distribue rations et munitions. Les soldats sénégalais y regroupent les hommes pour les abattre [...] Des femmes enceintes sont éventrées, des bébés découpés à la hache. Ni les chiens ni les porcs et moutons ne sont épargnés.On retrouve des enfants assis autour du dîner familial, leur pyjama criblé de balles... La nuit ils tirent des roquettes éclairantes, afin de faciliter l'œuvre démente de leurs commandos de tueurs.Que rajouter? Aujourd'hui Diouf est parti, Wade aujourd'hui doit impérativement écouter un seul homme : Diamacoune, sinon c'est le retour à la case de départ des massacres incontrôlés.
casatFatou Sonko (Banjul-Gambie)
casaline
Visiter le site de la Casamance
casalight

Retour

Directrice: Bintou Diallo...Chef Rédacteur: Emile Tendeng...Rédacteurs: Geneviève Mendy, Ibou Camara, Maoudo Bâ...Correspondants spéciaux: Elankoor, Fanbondy, Kondiarama, Ebalass, Nopinthia.

email to JP

Copyright © avril 1999 by Tamba Network Inc . All rights reserved.